Catégories
Vie locale

L’autopartage Renault Mobility arrive à Caen

Pourquoi s’embêter à acheter et entretenir une voiture quand on peut en louer une facilement quand on en a besoin ? C’est ce que propose désormais Renault Mobility avec son service d’autopartage à Caen la Mer.

Dans un premier temps, 9 véhicules en autopartage sont mis à disposition des habitants de l’agglomération caennaise. Il y en aura 7 sur Caen et 2 sur Hérouville. Les utilisateurs auront donc le choix entre 3 véhicules électriques zéro émission (Renault Zoé) et 6 véhicules thermiques essence, dont 1 Renault Clio et 5 Renault Twingo SCe 70 Stop & Start présentant un très faible niveau d’émissions (108 g CO² / km).

Pour s’inscrire il suffit de se rendre sur la page d’inscription ou de télécharger l’application mobile Renault Mobility sur l’Apple Store ou Google Play. Les documents suivants sont nécessaires :

  • Pièce d’identité (passeport ou carte nationale d’identité) en cours de validité,
  • Permis de conduire en cours de validité,
  • Carte bancaire en cours de validité.
  • Selfie avec votre carte d’identité tenue en main à côté de votre visage

La validation de l’inscription doit avoir lieu sous un délai maximal de 2 jours ouvrés. Les tarifs de locations comprennent le coût du carburant, l’assurance et 100 km par tranche de 24H. Ainsi, la location d’une Zoé électrique coûtera par exemple 7 euros par heure entre 7h et 20h ou 46 euros pour 24h. Pour une Renault Twingo des prestations identiques vous coûteraient 5 euros de l’heure ou 45 euros pour 24h.

Le service sera porté localement par l’établissement Renault Retail Group de Caen-Hérouville. Renault et la communauté urbaine se donnent 18 mois pour expérimenter ce nouveau service d’autopartage. Pendant cette période, des changements pourront donc intervenir afin de mieux répondre aux besoins des usagers comme l’ajout possible de véhicules, nouveaux points de parking, etc.

 

Catégories
Fait Divers

Un agent agressé par un détenu au centre pénitentiaire

Les faits se sont produits hier, vendredi 2 novembre. Lors la distribution du repas au quartier disciplinaire, un détenu a agressé un agent de la prison.

Pour les représentants du Syndicat national pénitentiaire Force ouvrière, cet incident reflète la situation de plus en plus compliquée au centre pénitentiaire de Caen. « Les trop nombreux transferts disciplinaires arrivés sur la Maison d’Arrêt de Caen depuis l’été ne pouvaient présager un autre dénouement », constate le syndicat.

Le motif de l’agression à lui seul veut tout dire. « Le détenu dit avoir ciblé cet agent car ce dernier avait eu le malheur de trouver de la drogue dans sa cellule (Sic) », précise le SNP FO. Celui-ci salue par ailleurs « le professionnalisme des personnels présents » qui aura permis d’éviter le pire.

A la suite de cet incident, le bureau local Force Ouvrière demande le transfert de ce détenu afin d’apaiser une détention particulièrement agitée depuis quelques mois.